Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Amour Amor

Poèmes d'Aurélia Lanneau

Articles avec #mort catégorie

Publié le par Aurélia Lanneau
Publié dans : #amour, #mort, #espoir

J’avais le temps de ma vie

J’avais le temps de te le dire

J’avais le temps de te l’écrire

Mais tu es parti avant que ma vie n’expire

J’aurais du te le dire

J’aurais du te l’écrire

Mais je n’ai pas eu le courage

J’ai eu bien trop peur

Et désormais il est trop tard

 

Tu me l’as souvent répété

Par ces mots « Carpe Diem »

Vis chaque jour, chaque instant

Comme si c’était le dernier

Vis le jour présent sans reporter à plus tard

Refuse de décaler, de repousser

Demain risque d’être trop tard

 

Il y a un temps pour tout, mais tout n’a pas de temps

Au risque de finir au mauvais moment

Plus tard c’est toujours trop tard

 

Je pourrais te le dire

Mais tu n’es plus là

A quoi bon garder tout ça pour moi ?

Alors je te l’écris ce soir

A l’encre de mes veines

 

Je t’aime

 

 

Aurélia Lanneau - Décembre 2010 + Novembre 2011

Lire la suite

Publié le par Aurélia Lanneau
Publié dans : #mucoviscidose, #mort, #espoir

Enfance gâchée par un gène abîmé

Une poussière qui vient tout décimer

Tes poumons s’essoufflent

Ton corps tout entier a mal

Tu es si jeune, tu es si fort

Tu te bats contre la mort

Tous les jours sans répit

 

Etrange bataille que la tienne

Tu combats ton propre corps

Tu lui en veux de mal fonctionner

Tu lui en veux de pourrir tes journées

Séance de kiné, médoc à avaler

Inhalateur sur le nez, toux répétées

Tu voudrais un peu de liberté

Ne pas te couvrir pour sortir

Sauter dans les flaques et rire

 

Alors donnez lui votre souffle

Courez tant que vous pouvez

Pour faire avancer la recherche

Pour améliorer sa vie

Courez sans réfléchir

La muco, on va l’anéantir !

 

 

Aurélia Lanneau - Juin 2009

Lire la suite

Publié le par Aurélia Lanneau
Publié dans : #amour, #mucoviscidose, #mort

Petite fleur à peine éclose

Entre les massifs, tu t’ouvres

Tu illumines les alentours

Ta chaleur m’enveloppe

Je me sens si bien près de toi

Tu me réconfortes de ta présence

 

Je viens chaque matin après la rosée

Je te caresse du regard

Tu te mets à danser dans un souffle léger

Tu serais prête à me donner ta vie

A te couper les jambes

Juste pour me rendre heureux

 

Petite fleur tu es si belle quand tu te mets à danser

Le vent s’engouffre sous tes pétales dorés

Petite fleur, si douce, pas d’épine sur ton corps

Tu n’as pas peur des autres ni même de la mort

 

La fin était proche, tu le savais

Tu m’as donné tout ton amour

Ta joie de vivre, des souvenirs,

Maintenant fanée, je n’ai plus de doute

La vie est tellement courte

Sous un verre je t’ai couché

Auprès de mon lit, je continue à t’aimer

 

Petite fleur tu es si belle quand tu te mets à danser

Le vent s’engouffre sous tes pétales dorés

Petite fleur, si douce, pas d’épine sur ton corps

Tu n’as pas peur des autres ni même de la mort

 

Ma rose blanche, mon éternité

Je ne t’oublierai jamais

Tu brilleras dans mon cœur, dans mes pensées

Tu resteras mon soleil, ma force d’exister

 

Petite fleur tu es si belle quand tu te mets à danser

Le vent s’engouffre sous tes pétales dorés

Petite fleur, si douce, pas d’épine sur ton corps

Tu n’as pas peur des autres ni même de la mort

 

 

Aurélia Lanneau - Novembre 2007

Lire la suite

Publié le par Aurélia Lanneau
Publié dans : #deception, #mort, #espoir

Je serai allongée sur le lit, livide,

Tu prendras peur, pensant le pire

Que crois-tu ? Le pire c’est avec toi que je l’ai vécu.

Je me suis offert un peu de liberté

M’échapper de toutes les horreurs que tu me faisais

La mort m’a ouvert ses bras

Elle m’a aimée, m’aimera

J’avais peur près de toi, si froid toutes ces fois

Je me forçais à survivre, à te sourire

Tu as brisé mon âme, je n’étais plus une femme

Tu as fait de moi ta chose, ta chienne, ta haine

Tu m’as tant rabaissée que je me dégoûte moi-même

Je me suis détestée, je me suis sentie salie

Je ne croyais plus en rien, même plus en la vie

 

Je vois de la lumière…

La mort ne m’a pas voulue, elle m’a redescendue sur Terre

Elle m’a déposée sur un lit moelleux

Je me sens tout de suite tellement mieux

J’ouvre les yeux, tu n’es plus là

Quel bonheur de ne plus entendre ta voix

Ils ont vu les blessures sur mon corps

Ils t’ont enfermé pour me sauver de la mort

Ils m’ont libérée de mes chaînes

Et enfin ma vie, c’est moi qui la mène.

 

 

Aurélia Lanneau - Avril 2007

Lire la suite

Publié le par Aurélia Lanneau
Publié dans : #amour, #mort

Je ne vis plus, je survis en attendant ton retour

Et les larmes coulent.

Je ne dors plus, je compte le temps qui nous sépare.

Et les larmes coulent.

Je voudrais oublier que le temps peut s’écouler si lentement.

Mais les larmes coulent.

Rien à faire, la vérité me suit.

Mon cœur s’ouvre, le sang coule.

Viens sécher mes larmes, viens essuyer le sang.

Mais tu es trop loin et mon cœur s’est éteint avant ton retour.

 

 

Aurélia Lanneau - Décembre 2005

Lire la suite

Publié le par Aurélia Lanneau
Publié dans : #amour, #mort

J’ai le coeur qui chavire

Rien ne va plus dans ma vie

Je croyais pouvoir remonter la pente

Mais rien n’y a fait, je me suis enfoncée

 

J’ai mal au fond de moi

Je tire et je retire

Tout espoir qui est en moi

Et au final c’est l’hécatombe

 

Je pleure, j’extériorise

Tout ce mal que je me fais

Avec cela j’imagine

Des choses qui ne sont pas vraies

 

Me voilà près du trou

J’avance, je m’élance

Mettre fin à mes jours

Pour ne plus souffrir en amour

 

Ange je deviens

Je me reconnais enfin

Aider les gens qui ont en besoin

Voilà ce que sera ma fin.

 

 

Aurélia Lanneau - Février 2005

Lire la suite

Publié le par Aurélia Lanneau
Publié dans : #amour, #rupture, #mort

Dans tes yeux si verts je me suis attardée

Tu m’as aveuglée, j’ai oublié de regarder

Je n’ai vu que toi et plus personne autour

Et dire qu’on appelle ça l’amour.

 

Tu es devenu mon obsession

Un délire, une passion.

Ma dépendance est certaine

Mais elle va laisser place à la haine.

 

Je t’aimais, tu m’as quittée

Aucune raison tu ne m’as apportée

Il fallait que j’accepte et que je me taise.

 

Sans toi je me suis perdue

Dans ma tête tout s’est confondu.

Mon corps a été retrouvé en bas de la falaise.

 

 

Aurélia Lanneau - Février 2005

Lire la suite

Publié le par Aurélia Lanneau
Publié dans : #amour, #mort

Je t’ai choisi, je t’ai aimé

A ma façon, toi à la tienne

Rien de semblable à ce que j’attendais

Pourtant je t’ai gardé

Jamais je ne t’aurais remplacé

 

Tu es l’homme que j’ai choisi

Un choix réfléchi

Et si tu ne veux plus d’amour

Je ne pourrai pas ne pas t’en donner

Mon coeur bat pour toi chaque jour

 

Moi je veux être libre comme l’air

Redevenir une poussière

Pouvoir m’envoler

Si tu ne veux plus de moi

Voilà ce que sera ma destinée

 

Garde-moi, ne m’oublie pas

Je ne peux pas vivre sans toi

Alors pourquoi m’as-tu abandonnée ?

Après tout l’amour que je t’ai donné

Personne ne t’aimera autant que moi

Alors pourquoi ce choix ?

 

J’ai pas compris

Qu’est-ce qui t’as pris ?

Est-ce que j’ai mal fait ?

Ou bien c’est toi qui a déconné ?

Moi j’ai rien vu

Je n’arrive pas à expliquer

 

Tu es parti

Sans te justifier

Tu m’as laissée

M’as abandonnée

Et plus jamais je ne te reverrai

 

Moi je voulais être libre comme l’air

Redevenir une poussière

Pouvoir m’envoler

Et bien c’est ce que j’ai fait

Cette nuit où tu m’as dit « c’est terminé »

 

 

Aurélia Lanneau - Décembre 2004

Lire la suite

Hébergé par Overblog